Sur les traces de Fields Mag

Bienvenue dans Food’Story ; cette rubrique, nous l’avions créé pour donner la parole aux passionnés de cuisine qui font vibrer nos papilles mais également à tous ces acteurs du domaine culinaire.

Notre invitée pour cette rubrique est une foodie comme vous et moi, une passionnée…mais pas uniquement de cuisine. La culture, l’art, l’Afrique ou le monde tout y passe… et que l’on retrouve dans un périodique bilingue et une plateforme multimédia qui raconte à plusieurs voix, le monde et l’humain.

Fondatrice et Rédactrice en Chef de Fields Mag , Saran Koly lance son 1er numéro 100% Food  à Abidjan le 28 Mai au Bushman Café.

  1. Raconte-nous Fields Mag? Quand et comment est-il né ?

J’ai toujours voulu faire un magazine. Pour la petite histoire, une fois à l’école de Journalisme, l’on nous a demandé de se projeter dans 10 ans et mon rêve était de développer un magazine culturel. Je suis contente qu’aujourd’hui ce rêve ait pu devenir une réalité.

L’idée de créer le magazine est parti d’une conversation avec une amie en Septembre 2014. Nous parlions de nos boulots respectifs qui étaient dans l’humanitaire et le développement en disant qu’il y avait tellement d’histoires extraordinaires d’activistes qu’on aimerait pouvoir raconter, prendre plus de temps pour les raconter. Nous avons décidé de nous lancer et de consacrer le numéro en ligne sur Haïti et son histoire 5 ans après que ce pays ait été frappé par le séisme.

Après ce premier exercice et cette fois ci me retrouvant toute seule à continuer l’aventure, j’ai décidé de repenser l’idée en développant le magazine en version print et en travaillant sur quelque chose qui me représentait véritablement… le fait d’avoir une identité multiculturelle, d’être attirée par tout ce qui concerne la culture et l’art. Je voulais parler du monde sans pour être autant confiné dans le prisme complètement occidental.

  1. Pourquoi avoir choisi « Fields » comme nom de votre projet ?

Dans le jargon humanitaire, on est « in the field / sur le terrain» dès qu’on est en déplacement en dehors du bureau ou du siege. Fields signifie également domaine de compétences. Avec la conception de ce magazine, je voulais avoir le champ libre de pouvoir développer librement une thématique à chaque numéro.

  1. Qui se cachent derrière Fields Mag ?

C’est une micro-équipe de 2 personnes qui m’accompagnent aujourd’hui. Samantha s’occupe de la visibilité de Fields Mag sur les réseaux sociaux et Elena m’aide à rechercher du contenu pour la plateforme en ligne et les médias sociaux.

Derrière le print, il y a tous les contributeurs (photographes, sociologues, journalistes freelance) ainsi que la graphiste.

  1. Pourquoi une édition spéciale cuisine et particulièrement cuisine africaine ?

Au départ, l’idée était de faire un numéro multiculturel. Mais je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas beaucoup de magazines qui ont consacré un de leurs numéros à la cuisine africaine et ses réinterprétations. En plus, je suis une grande foodie tout en faisant attention à ce que je mange. C’est pourquoi embarquer la thématique culinaire dans le prisme de Fields était très intéressant comme challenge .

  1. Pourquoi le choix de notre Jolie ville d’Abidjan pour le lancement de ce numéro spécial?

Etant donné que c’est un numéro sur la cuisine africaine, il me semblait pertinent de faire ce lancement en Afrique. Mes villes prioritaires étaient Accra, Abidjan, Dakar & Ouaga. A Abidjan, tout s’est rapidement défini : le lieu, les personnes aidant à l’organisation et je suis assez contente que ce soit ma ville de naissance qui accueille mon premier lancement en Afrique.

Abidjan est également pour moi une des villes de l’Afrique de l’Ouest où j’ai le plus de chance de trouver beaucoup de gens qui comprennent le magazine, qui ont le même état d’esprit et le même profil avec des gens dont les parents viennent également d’ici et d’ailleurs.

  1. Quelle est votre vision pour Fields Mag ? Les projets futurs, collaborations etc.

Jusqu’à la fin de l’année deux numéros sont prévus. Un sur le design au sens large et le dernier sur les Arts de la scène.

Pour ce dernier numéro, j’aimerais organiser un événement d’une plus grande envergure à Abidjan. Ce serait une manière pour moi de rendre hommage à mon père Souleymane Koly qui n’est plus. Il a longtemps œuvré pour les Arts de la scène en Côte d’Ivoire et partout en Afrique. Ce serait une belle façon de reconnaître son travail et sa passion.

 ———————————————-

FIELDS MAG a le plaisir de vous inviter à :

DINE OUT ABIDJAN Une expérience culinaire éphémère pour voyageurs aventureux et vagabonds urbains

Pour le lancement du très beau numéro de FIELDS, 132 pages sur la cuisine africaine, et pour fêter notre première année, nous avons décidé de partager avec vous notre recette du bonheur. Dine out Abidjan est une expérience sensorielle hors du commun, une certaine idée de la fête smart, chic et décontractée.

Sur invitation uniquement – En vous inscrivant sur : http://dineoutabidjan.app.rsvpify.com/ (deux invités maximum par inscription)

Le Site : http://fieldsmag.com/ | Sur Facebook | Sur Instagram | Sur Twitter |

Crédit photo : Eddy Dagher pour Studio Wane (1) – photo Evan Sung (recette par Essie Bartels de Essiespice (2) Page Facebook Fields Mag ( 3) 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply [ Nouveau Projet ] FOOD’STORY #1 : Chef Prisca GilbertJournal d'une Foodie 16 mai 2017 at 20 h 20 min

    […] épicurienne basée aux Etats-Unis) pour le rebranding de son site culinaire Bouffista, ou encore Saran Koly (une passionnée de culture basée au Burkina-Faso) pour le lancement de l’Edition Food de Fields […]